Aller au contenu

Le nouvel hydravion Age of Union renforce les efforts de reboisement de Kalaweit à Bornéo

Article

Age of Union a soutenu Kalaweit dans l’achat d’un hydravion ultraléger pour des missions de surveillance aérienne et d’ensemencement à Bornéo, en Indonésie. Cette étape importante s’inscrit dans le cadre de la mission de Kalaweit, qui consiste à préserver la faune et la flore et à restaurer l’environnement.

Auteur

Cédric Varial

Sujets

  • Article
  • Actualité
  • Asie
  • Projet

C’est en arrivant sur l’île de Bornéo par avion que l’on peut mesurer l’ampleur du désastre. Depuis le hublot, on ne voit que des plantations d’huile de palme, des dizaines de millions d’hectares de plantations depuis la côte jusqu’à l’horizon brumeux des montagnes. Pas un arbre, pas une parcelle de forêt. Juste de l’huile de palme. C’est une tragédie toujours en cours. Bornéo, cette île gigantesque qui n’était qu’une forêt tropicale, possédait 80 % de la biodiversité dans le monde et la plus grande diversité d’espèces végétales et animales. Aujourd’hui, il reste 25 % de forêt.

Cependant, il est encore temps d’agir et de soutenir ceux qui sur place, pour et avec les communautés locales, réussissent à préserver la faune et la flore restante, et à régénérer ce qui a été détruit et abandonné.

En 2022 Age of Union a octroyé un million de dollars à Kalaweit et son fondateur Chanee, qui œuvre sur place depuis 25 ans dans la forêt de Dulan, au coeur de l’île et des communautés Dayak.

De ce don, 800 000 dollars ont permis de protéger les 750 hectares de la réserve Dulan qui étaient encore à risque. Le protocole de conservation innovant laisse à la communauté Dayak l’usufruit de leur forêt, mais leur interdit la chasse, la coupe d’arbres, et empêche surtout la vente de parcelles de forêt aux entreprises d’huile de palme — ce qu’une famille locale sous pression financière pourrait légitimement faire. Avec cette nouvelle acquisition, ce sont 1500 hectares de forêt qui sont aujourd’hui sous la protection de Kalaweit. De plus, cette initiative a inspiré le maire du village de Butong à suivre la même initiative en protégeant à son tour la forêt communautaire au nord de la réserve Dulan, y ajoutant ainsi 500 hectars à la zone de conservation.

Les 200 000 dollars restants ont servi à l’achat d’un petit hydravion type ULM en aluminium, à la construction d’un hangar flottant, et à la formation sur place d’une équipe de quatre personnes pour la sécurité et l’entretien de l’appareil.

« C’est dans la logique des choses pour nous à Kalaweit d’observer et d’agir depuis le ciel. Depuis plus de 10 ans nous survolons la forêt en paramoteur pour surveiller, repérer, semer et régénérer », explique Chanee.

Cet avion va nous permettre d’agir à une toute autre échelle. Avec quatre heures d’autonomie de vol, nous couvrons non seulement toute la forêt de Dulan mais nous découvrons aussi de nouvelles zones à protéger ou régénérer. L’avion est, de plus, un élément de dissuasion pour compagnies et personnes mal intentionnées aux alentours de la forêt : ils nous voient dans le ciel et savent que nous surveillons.  »

Chanee ajoute que l’avion permettra d’amplifier les activités de semences aériennes et de régénération des parcelles de forêt détruite. 

« Lorsque l’on sème depuis le ciel, on a que 20 % de réussite, c’est à dire que les graines ne tombent pas forcément au bon endroit pour germer, affirme-t-il. Mais si l’on effectue plusieurs vols et semences au meme endroit, on s’assure de maximiser la régénération. De plus, nous achetons les graines directement aux villageois, alors plus on sème, plus on participe à l’économie locale. C’est un cercle vertueux. »

Commandé en juin 2022 et fabriqué en France sur mesure pour répondre aux besoins analogues de Chanee et aux réalités climatiques d’humidité, l’hydravion ultra-léger est arrivé en container à Borneo en début d’année 2023 accompagné de deux instructeurs français. Si Chanee est allé en France pour compléter sa formation de pilote, il a jugé indispensable de recevoir un entrainement intensif directement sur place à Borneo, en conditions réelles.

« Je me suis donné 50 heures de vol en solitaire pour bien maîtriser l’appareil avant de pouvoir embarquer un passager et commencer les missions de surveillance et semence aérienne, explique-t-il. Chaque vol, je découvre un peu plus, je vole plus loin et je réalise l’impact extraordinaire que cet avion va avoir sur toutes nos activités dans la forêt de Dulan, et au-delà même, pendant les prochaines années. »

Si Kalaweit n’était pas intervenu depuis 2019 dans cette région, la moitié de la forêt de Dulan serait déjà détruite. C’est dans la philosophie de l’action et dans la collaboration étroite avec les locaux que tout se déroule au sein de Kalaweit. 

« Je ne suis rien sans le précieux savoir des Dayak, confie Chanee. Ce sont eux qui m’apprennent tous les jours à prendre les meilleures décisions. »

Chanee et son fils de vingt ans Andrew croient aussi beaucoup dans la communication. Entre les livres publiés et leurs vidéos YouTube qui sont vues par des millions de gens en Indonésie et dans le monde, c’est toujours une vision inspirante et positive des actions et des succès qui est partagée.

« Ici, on est dans le concret et le pragmatique. Kalaweit est une organisation de terrain. Ce ne sont pas les rapports scientifiques qui vont sauver la forêt, ce sont les communautés locales accompagnées et soutenues par des organisations comme la nôtre… et ça fonctionne. Dax Dasilva, fondateur d’Age of Union, l’a compris et croit en nous. Il est un homme d’action, un entrepreneur qui veut des résultats concrets comme ceux que Kalaweit atteint depuis le début. D’ailleurs, on a posé un autocollant avec son nom sur la place de co-pilote de l’avion. C’est un peu comme si Dax nous accompagnait dans ce projet à chaque vol. J’espère qu’un jour il verra les résultats de ses propres yeux. »

Chanee est arrivé il y a 25 ans à Bornéo. Il a commencé seul dans une cabane en bois au milieu de la forêt avec comme mission de sauver les singes gibbons, blessés ou malades. Depuis, il a développé trois centres et sauvé plus de 2 000 animaux. Mais il aussi compris que son action devait remonter en amont du problème.

« Sauver les singes et les animaux c’est indispensable si on peut le faire. Et on va continuer. Mais je ne suis pas heureux de voir des animaux dans des cages. Il n’y a pas de cage parfaite. Mon objectif c’est de faire en sorte qu’ils ne soient plus menacés dans leur habitat naturel, ni par les maladies humaines, ni par la chasse ou le braconnage, ni par la déforestation. Dans les 2000 hectares de forêt de Dulan que Kalaweit protège, il y a 300 singes Gibbons. Ce sont 300 singes dont je n’aurai plus jamais à me préoccuper. Elle est là ma plus grande satisfaction, voire des animaux libres dans une forêt que l’on a protégée. »

Article écrit par
Cédric Varial

Sujets

  • Article
  • Actualité
  • Asie
  • Projet

Articles
connexes

La fabuleuse histoire de Chanee, fondateur de Kalaweit pour la sauvegarde de la biodiversité en Indonésie

En savoir plus sur cet article

Le documentaire CAUGHT catalyseur de changement : la France interdit la pêche pour protéger les dauphins

En savoir plus sur cet article

Comment les dix projets partenaires de Age of Union ont révolutionné la conservation en 2022

En savoir plus sur cet article

Plus d'articles

La fabuleuse histoire de Chanee, fondateur de Kalaweit pour la sauvegarde de la biodiversité en Indonésie

En savoir plus sur cet article

Le documentaire CAUGHT catalyseur de changement : la France interdit la pêche pour protéger les dauphins

En savoir plus sur cet article

Comment les dix projets partenaires de Age of Union ont révolutionné la conservation en 2022

En savoir plus sur cet article

De Trinité à Bornéo, ces gardes forestiers sont aux premières lignes du travail de conservation

En savoir plus sur cet article

Pourquoi Junglekeepers milite pour la conservation dans la capitale de la biodiversité du Pérou

En savoir plus sur cet article

Récits
de
changement
et d’action
directe
sur
le terrain