Aller au contenu

Jusqu’à la moitié des glaciers du monde pourraient disparaître d’ici 2100; voici pourquoi il faut s’en soucier.

Article

Face à de nouvelles recherches détaillant l’ampleur de la déglaciation, le chercheur David Rounce partage un message d’espoir avec Age of Union.

Sujets

  • Article
  • Afrique

Les glaciers fondent plus vite qu’ils ne le devraient, mais ça, vous le saviez probablement déjà. Certains ont visité des étendues déglacées et ont été témoins en personne du recul des glaciers. D’autres ont vu les images diffusées sur les médias sociaux d’un iceberg basculant dans les eaux en contrebas. Si les glaciers se trouvent souvent dans des zones reculées et difficiles d’accès, les progrès de la recherche glaciologique et de la technologie de télédétection nous permettent néanmoins de mieux comprendre ces masses de glace et l’impact des changements climatiques sur celles-ci.

Les glaciers, dont l’âge varie de quelques centaines d’années à des milliers d’années, sont des énormes masses de glace qui se déplacent lentement. La neige qui s’accumule aux altitudes supérieures du glacier lui permet de gagner de la masse, tandis que la fonte qui se produit aux altitudes inférieures est le mécanisme par lequel il en perd. Un glacier en état d’équilibre est un glacier dans lequel les gains réalisés aux altitudes supérieures correspondent aux pertes survenant aux altitudes inférieures. À bien des égards, les glaciers s’efforcent constamment d’atteindre cet équilibre. Lorsqu’un glacier recule, il s’éloigne des températures plus chaudes à ses niveaux inférieurs pour trouver un meilleur équilibre entre l’accumulation de neige qui se produit en haut et la fonte qui se produit en bas.

Depuis des années, les scientifiques étudient la relation entre les glaciers et le changement climatique, et une nouvelle étude parue dans la revue Science offre un aperçu sans précédent de l’avenir des glaciers de la Terre.

Publiée en janvier de cette année, l’étude Global glacier change in the 21st century: Every increase in temperature matters révèle que, quels que soient les scénarios de changement de température prévus, environ la moitié des glaciers du monde en nombre ou environ un quart des glaciers du monde en masse fondront d’ici la fin du siècle. 

Si l’on considère que la température moyenne de la planète devrait augmenter de 2,7 °C, l’étude prévoit des taux de perte de glaciers beaucoup plus élevés et une déglaciation quasi complète de l’Europe centrale, de l’ouest du Canada, des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande. Pour mener ses recherches, l’équipe internationale à l’origine de cette étude a dressé l’inventaire des 215 000 glaciers situés en dehors du Groenland et de l’Antarctique. Ils ont utilisé des ensembles de données antérieurs et une combinaison de deux modèles en source libre pour élaborer leur propre modèle d’évolution des glaciers et l’ont soumis à différentes projections climatiques. 

« Nous ne sommes pas la première étude à estimer comment les glaciers vont réagir aux changements climatiques, explique David Rounce, auteur principal de l’étude et chercheur à l’université Carnegie Mellon, mais ce qui a été surprenant, c’est de voir le nombre de glaciers qui allaient disparaître… Beaucoup de ces glaciers sont plus petits et ne sont donc pas en mesure de résister à une telle hausse de la température. Dans le même ordre d’idées, nous avons été très surpris de constater que plus de 80 % des glaciers disparaîtraient si la température augmentait de plus de quatre degrés Celsius », ajoute-t-il en se référant au pire des scénarios du modèle de projection.

Le constat est certes alarmant, mais David Rounce attire l’attention sur une autre interprétation de l’étude qui n’a peut-être pas reçu toute l’attention qu’elle méritait. « Nous voulions également partager un message d’espoir, car nous constatons que de nombreux glaciers sont très sensibles à des augmentations de température comprises entre un degré et demi et trois degrés Celsius, précise le chercheur. Cela nous montre que si nous parvenons à réduire nos émissions en tant que société, nous pourrons préserver une grande partie de la glace sur la planète et empêcher une déglaciation généralisée dans bon nombre de ces régions, en particulier dans les endroits où les glaciers sont liés à la société, soit par leur culture, leur spiritualité, le tourisme, leurs écosystèmes. »

Ce message d’espoir est d’autant plus important que la fonte des glaciers aura de nombreuses répercussions sur la planète. L’une des principales conséquences de la déglaciation est l’élévation du niveau de la mer qui s’ensuit, une réalité qui ne peut être surestimée, compte tenu des centaines de millions de personnes qui vivent aujourd’hui le long des côtes. Il faut aussi savoir que les glaciers revêtent une importance cruciale pour de nombreux écosystèmes et représentent une source d’eau fiable pour des millions d’habitants de la planète. En régions montagneuses comme l’Himalaya ou les Andes méridionales, la fonte des glaciers constitue une importante réserve d’eau douce pour les communautés situées en aval, surtout en période de sécheresse. Les inondations provoquées par le débordement des lacs glaciaires constituent un autre effet méconnu de la déglaciation. En fondant, les glaciers ont tendance à former des lacs glaciaires à leur niveau de base et l’augmentation des eaux de fonte peut entraîner des risques d’inondation pour les communautés environnantes.

À bien des égards, les glaciers sont un symbole fort des changements climatiques : «Lorsque vous montrez aux gens des images avant/après des glaciers ou lorsque les gens peuvent visiter un glacier et voir l’endroit où il se trouvait auparavant et marcher sur le sol aujourd’hui déglacé, ils reçoivent un message puissant sur la façon dont ces glaciers réagissent aux changements climatiques, et en particulier sur le fait qu’ils y réagissent très rapidement, explique le chercheur. Cela dit, je ne pense pas que les gens saisissent pleinement l’échelle de temps nécessaire pour que les glaciers réagissent à ces changements de température».

Bien que sa récente étude examine des scénarios plausibles de changement de température et souligne le caractère inévitable de la perte de glaciers, David Rounce met en exergue un message d’espoir.

« En tant que société, nous comprenons qu’une certaine perte de glaciers est inévitable, mais je pense que nous pouvons toujours mieux comprendre et diffuser à la société qu’en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre, nous pouvons empêcher la perte de masse des glaciers et préserver beaucoup de glace dans ces régions montagneuses du monde entier ».

Crédits

Photo 1 par Cassie Matias.
Photo 2 par Sophia Simoes.
Photo 3 par Deborah Diem.
Photo 4 par Sophia Simoes.

Sujets

  • Article
  • Afrique

Articles
connexes

Le rôle crucial des femmes dans la protection des forêts congolaises

En savoir plus sur cet article

Pourquoi la protection de l’écosystème du Congo est bénéfique pour les collectivités et la planète

En savoir plus sur cet article

Le M/Y Age of Union célèbre une première année de défense océanique indéfectible

En savoir plus sur cet article

Plus d'articles

Le parcours inspirant de Régine Chassagne, musicienne lauréate d’un Grammy, vers le renouveau des communautés négligées d’Haïti

En savoir plus sur cet article

Age of Union lance une série de courts-métrages et investit dans plusieurs projets cinématographiques

En savoir plus sur cet article

Le jeune leader haïtien qui dynamise la résilience climatique de sa communauté

En savoir plus sur cet article

Une approche globale en matière de développement économique communautaire contribue à renforcer la résilience climatique d’Haïti

En savoir plus sur cet article

202 hectares protégés : le Projet Saint-Laurent en expansion, un partenariat en évolution

En savoir plus sur cet article

Récits
de
changement
et d’action
directe
sur
le terrain